Qui fait les cotes et comment sont elles créées ?

La façon dont les bookmakers établissent leurs cotes et leurs lignes de paris a changé radicalement au fil des ans. L’industrie des paris sportifs était autrefois dominée par les cotes de la vieille école de Vegas, mais beaucoup de choses ont changé depuis l’avènement des bookmakers en ligne, ainsi que la mise au point des logiciels et des algorithmes de paris sportifs.

Comment les bookmakers génèrent-ils exactement leurs paris et leurs cotes ?

Dans cet article, nous vous expliquerons tout ce que vous devez savoir sur le processus, les personnes impliquées et l’évolution de la création de cotes.

Une chose n’a pas changé : l’objectif des sites de paris en ligne

Une chose qui n’a pas changé depuis les débuts des paris sportifs est l’objectif ultime fixé par les bookmakers : équilibrer les probabilités des deux côtés d’un pari.

Si vous avez lu notre guide sur les mouvements des cotes, vous savez que vous pouvez calculer la probabilité implicite qu’un événement se produise simplement en effectuant quelques calculs simples.

Cependant, les cotes des paris ne sont pas conçues pour refléter la probabilité réelle et exacte de l’un ou l’autre résultat. Après tout, l’une des meilleures stratégies pour avoir un avantage sur votre bookmaker est de faire un pari lorsque vous pensez qu’il y a un écart entre la probabilité réelle d’un événement et la probabilité implicite déterminée à partir d’une cote sur un pari.

Comment les cotes sont-elles déterminées ?

Les cotes sont conçues pour attirer une probabilité égale des deux côtés d’une ligne de pari. Dans un monde parfait, un bookmaker reçoit un volume de paris égal des deux côtés d’un pari, puis, qu’il gagne ou qu’il perde, il gagnera 5 à 10 % sur sa marge.

Il est donc essentiel de comprendre que la principale fonction des bookmakers n’est pas de créer une image précise (et probable) de la réalité, mais de réduire le risque de déséquilibre de cote. Considérez les bookmakers contemporains comme des professionnels de la gestion du risque, ainsi que comme des experts en matière de pronostics sportifs.

À quoi ressemblait la création de cotes dans le « bon vieux temps » ?

Si l’objectif des bookmakers est resté le même depuis la création des sites de pari sportif, les méthodes ont définitivement changé.

Bien avant la prolifération des ordinateurs et à l’époque où les téléphones publics dominaient encore la communication, les parieurs avaient l’habitude de se rassembler autour de tableaux noirs dans des arrière-salles non gardées de Las Vegas pour trouver les bons chiffres.

Comme les paris sportifs sont légaux au Nevada depuis si longtemps, nombre des croupiers les plus connus et les plus importants sont originaires de Las Vegas et des environs. De nombreuses sociétés de conseil en matière de cotes continuent à s’installer à Las Vegas bien qu’actuellement les acteurs européens s’installent à Maltes pour des raisons de liberté fiscale.

Classement des cotes ou le Power Ranking

À l’époque précédant les bookmakers en ligne, les bookmakers mettaient l’accent sur leurs propres cotes de puissance dans les différents sports. La manière dont ces « Power Rating » ont été créées reste un mystère, car la communauté des bookmakers était incroyablement soudée et toujours extrêmement réticente à révéler les facteurs qui entraient dans leurs cotes.

Nous pouvons en déduire que les méthodes utilisées pour générer les classements des puissances n’étaient pas vraiment très différentes de celles utilisées par les médias, comme TSN. Une combinaison de :

  • performances individuelles des joueurs,
  • d’horaires
  • de performances des équipes

Le tout a été équilibrée pour créer des « Power Ranking » tout en combinant les statistiques sportives traditionnelles et des facteurs intangibles.

Après avoir établi leurs propres classements de puissance, les bookmakers tenaient compte du rapport de blessure et de ce que le célèbre bookmaker Jimmy le Grec a décrit comme « un peu de bon sens » pour générer le premier chiffre. A partir de là, au fur et à mesure que l’argent arrivait, les bookmakers changeaient le type de pari et les cotes qui y étaient attachées.

À l’époque, la création de cotes reposait davantage sur l’expertise individuelle des parieurs et sur leurs intuitions que sur les statistiques et les données d’aujourd’hui. Cependant, avec l’explosion de la popularité des paris sportifs, de nouvelles méthodes de création de cotes ont vu le jour. Les spécialistes comme Jimmy le Grec faisaient toujours partie intégrante du processus, mais ils ne seraient pas les seuls à participer à la création de cotes.

Qui est impliqué dans la création des cotes aujourd’hui ?

Aujourd’hui, la création de cotes implique plus de personnes avec plus de responsabilités que jamais. Le « flair » sur lequel les bookmaker s’appuyaient pour construire leurs cotes fait toujours partie du processus, mais le « sentiment des tripes » d’un bookmaker n’est certainement plus aussi prononcé qu’autrefois.

Les mathématiciens et les statisticiens jouent aujourd’hui un rôle important dans la création de cotes. Comme le décrit Todd Furhman, la formation des cotes  » [n’est pas seulement] des X et des O, ce sont des données, des chiffres et une compréhension du marché « .

Aidés par la puissance de calcul contemporaine et bientôt par l’intelligence artificielle, les mathématiciens et les statisticiens examinent des décennies de données, en incorporant dans leurs cotes et leurs liens des tendances que les croupiers d’autrefois n’auraient pas pu trouver en quelques minutes.

Les Power Ranking sont-ils toujours importants ?

Oui, la puissance des anciens modèles est toujours extrêmement utile, mais il y a bien plus que cela. La compréhension du comportement des parieurs, la gestion mathématique du risque et la détermination de la réaction du public à des lignes spécifiques jouent toutes un rôle tout aussi important dans la création des cotes.

Les ordinateurs peuvent incorporer plus de données que n’importe quel humain ne pourrait jamais le faire, et les bookmakers utilisent ces données à leur avantage.

La synthèse des connaissances des mathématiciens et des statisticiens a rendu le processus plus quantifiable et beaucoup plus précis. Au lieu de se fier uniquement à l’instinct, les meilleurs parieurs intègrent une compréhension précieuse de la probabilité et du risque que possèdent les « spécialistes des nombres ».

Comme vous le dira tout investisseur prospère ou parieur avisé, la diversification est une bonne chose. Il en va de même pour les sites de paris en ligne. Plus il y a de personnes d’horizons différents qui travaillent ensemble pour créer les meilleurs types de paris et cotes, plus la cote sera précise. Plus la cote est précise, plus elle est rentable pour les bookmakers.

Les bookmakers réduisent leurs coûts en externalisant la production des cotes

Bien sûr, les services que nous avons mentionnés coûtent très cher. Employer une armée de spécialiste, de mathématiciens et de statisticiens n’est pas gratuit. Plus il y a de personnes employées par un bookmaker, plus les frais généraux sont élevés, ce qui réduit les marges bénéficiaires. Pour la plupart des bookmakers (en ligne et autres), la plupart des cotes ne sont plus réalisées en interne.

Mirio Mella, un professionnel de longue date de l’industrie, affirme que les bookmakers dépensent moins pour la création de cotes en interne et la gestion des risques, et consacrent plutôt de l’argent à la publicité et aux promotions. Les bookmakers ont besoin de se différencier au-delà des cotes elles-mêmes, et cela se traduit par des campagnes de marketing massives.

Cependant, il doit y avoir quelqu’un chez chaque bookmaker qui a le dernier mot sur l’affichage des cotes. Même si la majorité du travail est sous-traitée ou copiée, quelqu’un doit, dans chaque bookmaker, prendre la décision finale concernant les cotes et les lignes proposées.

Les bookmakers copient d’autres bookmakers pour économiser de l’argent

Alors que le marché mondial des paris sportifs atteint un niveau record – et rien ne laisse présager un ralentissement -, les bookmakers internationaux n’ont jamais eu accès à autant de site de sport de qualité. Cela signifie que les bookmakers ont moins de possibilités de se différencier sur les seules cotes. Les cotes des bookmakers en ligne sont accessibles à tous dès leur sortie, et certains bookmakers se contentent de copier les lignes et les cotes les uns des autres.

De ce fait, de nombreux bookmakers mettent moins l’accent sur la création de cotes uniques et consacrent moins de leur budget à la création de paris. Si un bookmaker peut naviguer sur le web pour avoir une idée générale de ce que le marché dicte pour les cotes et les lignes, il n’y a pas autant de sens à dépenser une tonne d’argent pour créer ses cotes en interne.

Cependant, certains bookmakers restent les leaders du secteur en matière de création de cotes. Selon Scott Kaminsky (l’un des premiers employés de la légendaire société de cotes Roxy Roxborough), 99 % des bookmakers suivent l’exemple des bookmakers pour lesquels DonBest.com fournit les cotes.

Bien sûr, presque tous les bookmakers modifient légèrement les cotes pour les adapter à leur clientèle, mais selon Kaminsky, les bookmakers offshore inspirent les chiffres d’ouverture.

Là encore, il est impossible de savoir exactement quels bookmakers copient quoi, car les détails des cotes sont considérés comme des secrets commerciaux, et sont donc rarement divulgués.

Sociétés tierces de conseil en matière de cotes

Les bookmakers peuvent contourner le coût élevé de l’emploi d’une équipe d’experts en confiant la majorité de leurs cotes et lignes à des consultants externes et tiers. Bien que cela coûte toujours de l’argent, c’est nettement moins cher que de les faire en interne.

C’est le cas de CG Technology, une société de conseil en cotes basée à Las Vegas. CG Technology fournit principalement des cotes et des paris pour les bookmakers du Nevada. Elle compte parmi ses clients d’illustres bookmakers tels que le Palms, le Hard Rock Hotel et le Cosmopolitan. Toutefois, des services similaires dotés de structures opérationnelles comparables (comme Don Best, mentionné ci-dessus) fournissent des cotes pour des bookmakers en ligne.

Des sociétés comme CG Technology incorporent des algorithmes et des méthodes d’analyse de données propriétaires dans leurs cotes et leur génération de paris. Pourtant, elles prétendent équilibrer l’analyse des données, les tendances uniques de leurs clients, les blessures et les comparaisons de prix avant de publier leurs lignes.

Même les sociétés de conseil comme CG Technology comprennent l’importance de comparer ses cotes à celles d’autres bookmakers avant de les rendre officielles. Jason Simbal, vice-président de la gestion des risques chez CG Technology, déclare que « si vous affichiez vos chiffres en premier, sans avoir de point de référence, vous pourriez être susceptible de voir vos cotes être la correction ».

Alors, qui affiche réellement les cotes en premier ? C’est difficile à dire, mais les bookmakers sont convaincus d’avoir des cotes parfaites. À l’ère d’Internet, les nouvelles vont vite !

L’exception : des cotes uniques mais rare

Si les bookmakers proposent un pari inhabituel et exotique (comme les paris d’une émission de télévision), il y a de fortes chances qu’ils créent eux-mêmes les chiffres.

Ils peuvent également faire appel à un logiciel de création de cotes, comme celui proposé par Bet Radar, mais le dernier mot est entre les mains d’une sorte de cofondateur interne.

Quel est l’avenir de la création de cotes ?

Nous sommes convaincus que l’avenir de la création de cotes repose sur les méthodes automatisées, ainsi que sur la puissance massive des algorithmes de paris sportifs prédictifs. Comme vous l’avez vu, les mathématiciens et les statisticiens jouent un rôle de plus en plus important dans la création de cotes et de lignes, mais – grâce au potentiel fou de l’apprentissage automatique – l’IA et les algorithmes réduisent l’élément humain.

Depuis que les paris sportifs existent, les bookmakers ont embauché des parieurs aguerris pour travailler pour eux. Nous pensons qu’avec les progrès technologiques, les bookmakers seront capables de générer les cotes les plus rentables avec moins d’humains impliqués dans le processus.

Des parieurs célèbres comme Jimmy le Grec ont commencé comme parieurs sur la base de leurs prouesses en matière de paris. Ils sont passés facilement du statut d’experts en paris sportifs à celui de bookmakers pour les mêmes paris sportifs qu’ils avaient auparavant joué.

Aujourd’hui, autant de génies de la statistique que de bookmakers gagnent gros dans les bookmakers du monde entier. Les bookmakers en sont conscients et, peu à peu (mais sûrement), beaucoup commencent à engager des « spécialistes des chiffres » pour les aider à établir des cotes plus précises.

Si vous êtes curieux de savoir où se dirige l’avenir des paris sportifs, nous vous recommandons de consulter notre guide des sociétés financières qui se lancent dans les paris sportifs !